Numérique

Data Forces 3: Tomberez-vous en admiration devant ces speakers comme moi?

Quand tu arrives dans un environnement, que tu trouves de jeunes hommes et femmes, à peine 25-30 ans,  dans un français limpide et sans bégayer, en train de parler d’intelligence artificielle, de science ouverte, e Big data… Tu te poses quelques questions sur toi-même et ton parcours. 

Seth-Pharès GNAVO

Des thématiques que tu pensais ne jamais pouvoir comprendre parce que ta tête de journaliste ou ton quotidien de journaliste n’avait pas accès à ces types de personnes ; tu te dis que tu dois retourner sur les bancs mais cette fois-ci, aller à une autre école.

C’est Seth-Phares GNAVO d’Adiyeaba (la poule couveuse numérique) et Justin Ahinon, membre d’IdemiAfrica qui m’ont donnée cette impression. Dans un calme olympien et avec une logique sans distraction ni confusion, ils ont parlé de ce qu’ils savent de ces sujets et de ce qu’ils pensent que le monde ou l’Afrique doit faire dans ces domaines. Justin Ahinon a dit par exemple dans son speech, « la science ouverte, c’est celle là qu’il faut d’abord rendre disponible aux contribuables  qui ont payé pour les recherches.  Ensuite,  l’associer aux médecines traditionnelles, donc effectuer des recherches scientifiques dans ce domaine également »

Justin AHINON

Que dire alors de Hamdiya KATCHIRIKA, jeune femme entrepreneure, journaliste et blogueuse togolaise, haut perchée sur ses talons, chignon relevé sur sa nuque, lunette sur le nez ; évoquée son expérience de femme évoluant dans le monde du numérique dans un pays qui  longtemps a connu la dictature, donc ne savait pas communiquer véritablement sur le monde. Elle est juste jeune, belle et emprunte les pas des aînées qui brillent et font la fierté de la classe féminine parce qu’elles savent vendre plus que leurs attraits physiques.

La liste n’est pas exhaustive.

Hamdiya KATCHIRIKA

D’autres pas encore les 40 ans. Franck KOUYAMI et Saliou ABDOU ont parlé de Fake News sur Internet en Afrique pendant les élections. Leur assurance est à la fois déconcertante et rassurante. Ce n’est pas leur curriculum vitae sur LinkedIn qui dira le contraire. L’un est responsable technique à l’AUF au Bénin depuis plus d’une décennie, gestionnaire de projets IT et président du Forum pour la Gouvernance de l’Internet au Bénin. L’autre est responsable de formation chez Open Street Map Bénin.

Sirice Karel AGBANTE avait à charge la thématique sur la « sécurité du routage pour la stabilité de l’internet: enjeux et participation » Il est le responsables des communications et des relations publiques chez Internet Society Chapitre du Bénin. Sur la page Facebook de l’organisation figure cette publication relative à son intervention

Résumé de la communication de Karel AGBANTE au DataForces3

La deuxième jeune dame de l’équipe. Elle a le corps svelte. Un sourire large et les mouvements dynamiques. Cela se comprend lorsqu’on sait le sport qu’elle pratique et dans lequel elle excelle. Marie-Auxiliatrice Da-Silveira,c’est elle. Épéiste professionnelle dans l’équipe nationale d’escrime du Bénin, elle a une deuxième passion, le Numérique. Elle est formatrice au Blolab.  Avec Hamdiya KATCHIRIKA, elle a assuré la première communication intitulée « Femme, Data et science et participation citoyenne. Elle a aussi fait un zoom sur les Femmes inspirantes du Bénin ( et d’Afrique) dans le numérique.

Marie-Auxiliatrice Da-Silveira

2 – Martin Lozivit, il est préférable que vous même parcouriez son curriculum Vitae en cliquant sur le nom. Il est polyvalent et très engagé dans les causes jeunes et sociales. Il est Chargé de mission à l’IRD et responsable du Club des jeunes scientifiques. Au Data Forces 3, vêtu d’un short et d’un tee-shirt, tenue favorite lorsque le soleil de l’Afrique vous sourit même si vous ne le voulez pas, il a présenté la thématique: « la science en milieu scolaire et les actions de l’IRD dans le développement durable au Bénin »

Martin LOZIVIT

La journée du samedi 16 Mars 2019 s’est déroulée ainsi. Le Tech Hub Blolab à Cotonou a en effet rassemblé des dizaines de jeunes gens qui ont parlé science ouverte, data, participation citoyenne.

Le mini-magazine est en lecture libre.

Tags
Afficher plus

Les Cahiers de Ganiath

Je suis Ganiath BELLO, celle qui se cache derrière Les Cahiers. Et grâce à vos lectures, abonnements et encouragements, je vis et réalise mes rêves!!! Merci,Merci, Merci. Les Cahiers de Ganiath, c'est un blog-magazine qui parle de femmes, d'entrepreneuriat, de numérique et de culture en Afrique. L'idée à la base, et je l'ai redis à l'occasion de la cérémonie de distinction de Bénin Blog Awards 2018, cérémonie au cours de laquelle j'ai reçu le prix de la Meilleure Blogueuse Béninoise de l'année; je disais donc, qu'à la base; ce blog-magazine, c'est pour autrement faire du journalisme. Un métier qui toujours a été ma passion. Si on nous tacle d'être les "apporteurs de mauvaises nouvelles à travers le monde"; je veux me compter parmi les blog-médias qui ne révèlent que les côtés positifs, motivateurs et brillants de notre cher continent MAMA AFRICA! Vos contributions de toutes sortes: commentaires, abonnements, likes, suggestions, achats de tranches publicitaires sont donc très très très et plus que les bienvenues... MERCI de vivre avec moi, Mon Rêve! Bisous et essayez toujours de garder la perche! C'est toujours mieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :