Femmes

Le mari de Chèrifatou BABIO,  Mon homme du 08 Mars

Je vais faire simple et pas long.

L’une des chances des femmes et filles de N’Dali, la commune est créée par une femme, une princesse (cette histoire, je la raconterai sous peu dans le feuilleton ‘’Je parcours le Bénin’’)

Femmes de N’Dali

Chèrifatou BABIO fait partie de ces femmes de N’Dali non adeptes de l’exhibitionnisme. Discrète mais pas effacée. Courtoise mais imposante. Moderne mais respectueuse des principes religieux et claniques.

Chèrifatou BABIO

Nos trois jours de partage, elle a toujours porté un voile sur la tête, qui couvre l’entièreté de ses épaules. Une fois, je l’ai pris en photo. Le voile par un moment d’inattention, a découvert une partie de son cou. Quand elle a su que la photo est destinée à internet, elle m’a gentiment demandé de refaire les prises. J’ai obéi à la doléance.

Le premier jour, elle a fait son entrée dans la salle avec un bébé attaché dans un pagne à son dos. C’était une formation sur un usage optimal et productif d’internet et des réseaux sociaux. Symbole d’une femme forte et courageuse (volonté d’apprendre, d’évoluer), symbole d’une mère qui s’assume (présence du bébé. Elle ne l’a pas confié à un tiers avec tous les risques que cela pourrait comporter, elle n’a pas eu honte d’être différente des autres).

Chèrifatou BABIO

symbole d’une femme engagée (prête à reprendre le combat d’une vie active  épanouie après la naissance du bébé).

Je suis restée admirative de Chèrifatou d’abord pour ces raisons. Ces analyses et conclusions que je me suis élaborée dans ma petite grosse tête.

Mon respect et admiration se sont accrus au deuxième jour du partage après ce témoignage.

En effet, au cours d’un échange à bâtons rompus entre formateurs et participants à la classe, elle a avoué ce qui suit :

Avant, j’enquiquinais toujours mon mari qui ne faisait qu’acheter des recharges pour se connecter à internet. C’est un agriculteur. Il n’y répondait pas toujours. Depuis que je suis cette formation, je comprends mieux ce qu’il fait avec ces recharges. Hier à mon retour à la maison, il m’a dit ceci : ‘’apprends et comprends bien ce que l’on t’enseigne dans cette formation. Quand tu auras fini, tu viendras me l’apprendre aussi’’

Image prise sur internet

Une fois seule, loin de tous regards curieux et inquiets, j’en ai pleuré d’émotions fortes et positives ; moi qui suis un peu trop à fleurs de peau.

Ce qui a crédibilisé son témoignage, c’est le complément qu’ont apporté les hommes ; ils ont aussi écouté et participé à la conversation. Ils connaissaient bien l’époux de Chèrifatou. L’un d’eux a dit ceci :

C’est vrai ce qu’elle dit. Je l’ai même vu ce matin, son mari. Il l’a accompagnée jusqu’au portail de la mairie. Il a déambulé un peu dans les entourages avant certainement d’aller au champ

Levé du Jour à N’Dali un mois de Novembre 2018

C’était une formation Bénin Digital Tour dans la commune de N’Dali. Nous sommes dans le nord du Bénin, plus de 470 kilomètres de Cotonou.

C’est ma première dédicace de ce mois de Mars.

 

Tags
Afficher plus

Les Cahiers de Ganiath

Je suis Ganiath BELLO, celle qui se cache derrière Les Cahiers. Et grâce à vos lectures, abonnements et encouragements, je vis et réalise mes rêves!!! Merci,Merci, Merci. Les Cahiers de Ganiath, c'est un blog-magazine qui parle de femmes, d'entrepreneuriat, de numérique et de culture en Afrique. L'idée à la base, et je l'ai redis à l'occasion de la cérémonie de distinction de Bénin Blog Awards 2018, cérémonie au cours de laquelle j'ai reçu le prix de la Meilleure Blogueuse Béninoise de l'année; je disais donc, qu'à la base; ce blog-magazine, c'est pour autrement faire du journalisme. Un métier qui toujours a été ma passion. Si on nous tacle d'être les "apporteurs de mauvaises nouvelles à travers le monde"; je veux me compter parmi les blog-médias qui ne révèlent que les côtés positifs, motivateurs et brillants de notre cher continent MAMA AFRICA! Vos contributions de toutes sortes: commentaires, abonnements, likes, suggestions, achats de tranches publicitaires sont donc très très très et plus que les bienvenues... MERCI de vivre avec moi, Mon Rêve! Bisous et essayez toujours de garder la perche! C'est toujours mieux.

3 commentaires

  1. Si ce besoin de se former est aussi intense à N’dali, j’imagine combien d’autres comme Cherifatou attendent dans les autres régions du pays de pouvoir se former à l’utilisation d’Internet.
    Nous devons faire cet effort qui est d’aller réellement au contact des populations. Cherifatou, son mari et bien d’autres attendent cela.
    Merci Ganiath pour ce post, qui au delà du côté émouvant, nous interpelle férocement à des initiatives vers nos populations qui sont à l’intérieur des terres.

  2. Internet relie les personnes. Chèrifatou à compris à la suite de son mari. La lutte consiste à amener les gens vers l’utilité de cet outil en leur donnant les secrets d’une bonne utilisation.
    Par ailleurs, pour que Internet serve les gens, nous devons insister sur le fait qu’il faut de la connexion stable pour les personnes. Le droit de s’informer qui est une liberté fondamentale passe par là aussi. On pourrait dire #Droit à une connexion Internet stable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :