CultureFemmes

Vidéo Corona Blocus : trois générations, 15 artistes, un seul texte, une même vision.

‘’Tout seul, on va plus vite. Ensemble on va plus loin’’ Cette vérité de Baden Powell, militaire britannique et fondateur du scoutisme est de mise pendant cette crise sanitaire mondiale du coronavirus. Ce qu’a compris la femme entrepreneure béninoise du #SachetHéloué. Sandra IDOSSOU a réuni des artistes et groupes d’artistes béninois, 15 en tout.  Dans 12 langues nationales béninoises plus le Français, ils ont offert de leur voix, de la mélodie pour inviter à un blocus face aux tragédies engendrées par la pandémie.

Gopal Das en studio

La force des mots de Gopal Das  débute le clip, rappelle dans son texte les grandes figures africaines qui disparaissent du fait de ce mal. Allusion faite entre autres au saxophoniste Manu DIBANGO et à Pape DIOUF, le Sénégalais, journaliste et président du club de football de l’OM (Olympique de Marseille) de 2005 à 2009,  fauchés par cette pandémie.

Le groupe TERIBA alerte sur la gravité et la dangerosité du virus et avec un regard triste, implore la miséricorde de l’ÊTRE SUPRÊME.

‘’Prévenir vaut mieux que guérir’’ affirme et persiste Nadège du groupe Bénin International Musical (BIM) dans une belle répétition rythmée de sa partition musicale. Elle ajoute : ‘’Cette maladie n’est pas un jeu d’enfants’’

Il faut écouter la vocalité raffinée, perçante, comme sortie d’outre-tombe de Fafa Ruffino en langue Dendi pour fermer les yeux, revenir à soi et véritablement prendre conscience du rôle individuel à jouer dans cette bataille contre le mal.

Il faut regarder le clip pour appréhender cela. La voix et l’inspiration de la jeune artiste Faty emportent et transpercent, réveillent en soi des émotions qui prouvent à quel point ne pas respecter les règles barrières est un véritable danger pour la communauté. « Se laver les mains est synonyme de sauver des vies » rappelle l’artiste.

Les mains couvertes de gants blancs de Sessimè symbolisant le blocus, accompagnent le refrain du clip vidéo : « Coronavirus, tu dois faire un blocus ».

Sergent Markus dans un rap dont lui seul détient le secret, en Adja et en Français, témoigne des milliers de morts comptés depuis Décembre 2019 et invite à suivre les consignes de prévention et de protection.

Que dire de la participation du doyen Vincent AHEHEHINNOU du groupe mythique Poly Rythmo ! Dans une sagesse que seuls les aînés, les devanciers peuvent avoir, il chante que l’heure n’est pas du tout aux accolades, aux embrassades et de rester chez soi.

La flûte de Méchac ADJAHO a dit les mots à sa place. S’ajoutant aux autres instruments utilisés pour créer la musique en dessous des paroles, un rôle qu’a joué Fifi Fender dans le manteau de directeur artistique ; elle apporte une touche esthétique et originale à la vidéo.

C’est ainsi qu’à tour de rôle, Sessimè, Ndani Gani, Adjima, Damatao, Faty, Le BIM, Tèriba, Gildas Zinsou, Gopal Das, José Elmah, Méchac, Fafa Ruffino, Sergent Marcus, Fifi Fender et Vincent Ahehehinnou de Poly Rythmo ont apporté leur pierre à l’édifice. Celle de participer à la sensibilisation contre la pandémie de COVID-19.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Sandra IDOSSOU qui en a eu l’idée affirme que : ‘’La musique possède tous les atouts pour éduquer, sensibiliser, éveiller et enrichir les hommes quels que soient leurs origines et statut social ; d’où l’importance de solliciter nos artistes de styles musicaux différents qui en plus ont de la notoriété dans leurs régions. » Pour Stéphane BRABANT, le réalisateur du morceau, ‘c’est une évidence de participer à cette sensibilisation pour toucher le maximum de personnes en particulier les populations en milieu reculé’’.  Un travail dont Constance Genevee a assuré la coordination. Elle estime que ‘’face à l’urgence sanitaire qui frappe le monde, nul n’a le droit de rester indifférent et la musique est une belle façon de faire passer un message’’.

Le collectif 229 des artistes contre le COVID19 à travers la participation des artistes véhicule le même message de sensibilisation des communautés : se laver régulièrement les mains, rester à la maison, tousser dans le coude, porter un cache-nez, diminuer ses déplacements, ne pas s’attrouper, contacter les services sanitaires à l’apparition des premiers symptômes du virus, s’auto-isoler etc. En résumé, trois générations, 15 artistes, 13 langues, un seul texte, une même vision. Bouter hors de toutes les frontières le coronavirus.

Tags
Afficher plus

Les Cahiers de Ganiath

Je suis Ganiath BELLO, celle qui se cache derrière Les Cahiers. Et grâce à vos lectures, abonnements et encouragements, je vis et réalise mes rêves!!! Merci,Merci, Merci. Les Cahiers de Ganiath, c'est un blog-magazine qui parle de femmes, d'entrepreneuriat, de numérique et de culture en Afrique. L'idée à la base, et je l'ai redit à l'occasion de la cérémonie de distinction de Bénin Blog Awards 2018, cérémonie au cours de laquelle j'ai reçu le prix de la Meilleure Blogueuse Béninoise de l'année; je disais donc, qu'à la base; ce blog-magazine, c'est pour autrement faire du journalisme. Un métier qui toujours a été ma passion. Si on nous tacle d'être les "apporteurs de mauvaises nouvelles à travers le monde"; je veux me compter parmi les blog-médias qui ne révèlent que les côtés positifs, motivateurs et brillants de notre cher continent MAMA AFRICA! Vos contributions de toutes sortes: commentaires, abonnements, likes, suggestions, achats de tranches publicitaires sont donc très très très et plus que les bienvenues... MERCI de vivre avec moi, Mon Rêve! Bisous et essayez toujours de garder la pêche! C'est toujours mieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :